•  

Créer un site SiteW | Test et avis de l’outil

Comment créer soi-même son site Internet, sa boutique en ligne, avec pas ou peu de connaissances techniques ? Des solutions existent ! Les CMS comme WordPress sont une des réponses possibles, mais leur maîtrise demande tout de même un apprentissage qui peut s’avérer plus complexe que prévu et semé d’embûches.

Des éditeurs de sites en ligne ont vu le jour depuis plusieurs années, avec en ligne de mire, la plus grande facilité possible pour l’utilisateur, tout en assurant un rendu de qualité. Le défi est de taille : SiteW l’a relevé, et bonne nouvelle, c’est une entreprise française !

En bref…

SiteW est née en 2007, à l’initiative de deux ingénieurs passionnés par le web, Fabien Versange et Cédric Hamel. Le siège social se situe dans le Cantal, près d’Aurillac. La petite entreprise s’est consolidée au fil des années, et compte aujourd’hui plus d’un millions d’utilisateurs, en France, en Europe, et partout ailleurs.

Le fil conducteur de son développement, c’est la facilité d’utilisation, la qualité de l’aide et du support en ligne, et le pari d’une formule gratuite sans aucune publicité (juste le logo de l’entreprise en pied de page). Voyons un peu ce que ça donne…

Prise en main

Sur la page d’accueil figurent en titre les 3 éléments clés cités plus haut : facilité, qualité de service et gratuité. SiteW s’enorgueillit en effet d’être le premier de sa classe sur la plateforme indépendante d’avis TrustPilot, loin devant la plupart de ses plus gros concurrents. Comme quoi, small is beautiful !

 

Apparaissent également, au bas de l’écran, la petite touche « Made in France », ainsi que les principaux services auxquels SiteW peut se connecter.

Et au milieu de la page, un gros bouton rose nous invite à « Créer notre site maintenant » : c’est justement le but cet article, alors cliquons dessus tout de suite !

L’inscription

Pour démarrer la création d’un site avec SiteW, quatre étapes se succèdent :

  1. L’inscription proprement dite, soit via un compte Facebook, Google ou Twitter, soit en renseignant directement une adresse e-mail et un mot de passe.

2. Le choix du titre du site, qui pourra être changé plus tard, ce qui est bien pratique.

3.  Le choix du design, stratégique ici comme ailleurs. Les modèles sont affichés les uns en dessous des autres et sont prévisualisables, en mode « desktop » si vous êtes sur un ordinateur, en mode « mobile » si vous êtes sur un smartphone. Dommage que la version « mobile » ne soit pas prévisualisable depuis un ordinateur dès cette étape. Heureusement, dans l’éditeur, donc deux clics plus tard, cette petite frustration sera comblée !

Les modèles sont élégants et bien faits. A l’exception de quelques modèles généralistes, ils sont tous connotés en fonction de l’activité à y présenter : photographe, blog mode, artisan, chambre d’hôtes, etc. Cela dit, un plombier a le droit de flasher sur un modèle pour fleuriste !

4. La dernière étape n’est pas la moindre, puisqu’il va s’agir de choisir la formule d’abonnement. Il en existe 3 en tout et pour tout :

  • Formule « Découverte », gratuite. 5 pages seulement, 500 Mo d’espace de stockage, et bridage de l’éditeur ne permettant pas l’accès à la totalité des fonctions. Notons qu’un nom de domaine est tout de même réservable pour 2,39€ / mois. De sérieuses limites donc, mais rappelons que même dans cette formule, aucun panneau publicitaire ne viendra perturber vos visiteurs, ce qui fait une différence très appréciable par rapport à la concurrence.
  • Formule « Premium », à 7,99€ / mois avec engagement, et 11,99€ / mois sans engagement. Pour ce tarif, la quasi totalité de SiteW est ouverte : nom de domaine, pages illimitées, protocole sécurisé https, modules à volonté sauf boutique en ligne, et même un chèque cadeau à dépenser sur la plateforme publicitaire de Google ou YouTube !
  • Formule « Pro », à 23,99 € / mois avec engagement, et 35,99€ / mois sans engagement. Indispensable pour un site d’e-commerce car c’est la seule formule qui ouvre droit aux modules de boutique en ligne. En sus, plusieurs noms de domaine, campagnes emailing illlimitées, et accès privilégié au support.

En dehors de ces 3 formules, il n’y a pas de modules optionnels payants, comme vus ailleurs, et qui s’additionnant, gonflent sensiblement la facture. Cela a l’avantage de la clarté : il n’y a pas de coûts cachés ou de coûts surprises.

Les outils

Le nouveau site, fraîchement créé, apparaît tout de suite dans la page « Mes sites » :

Le menu latéral donne accès à la gestion de sites, des noms de domaine, du profil utilisateur, permet de visualiser les commandes et factures SiteW, et donne accès à une messagerie où parviennent, outre les messages envoyés par la plateforme SiteW elle-même, les messages issus de l’activité du site : formulaire de contact, commentaires de blog, billets de forum, boutique, etc…

Pour chaque site, un grand panneau présente son nom, son adresse, son aperçu sous forme de vignette, et une roue évaluant le « niveau de finition » du site, essentiellement sur des critères SEO. Les icônes sont cliquables et ouvrent sur des actions supplémentaires pour paramétrer toujours plus finement le site. Par exemple, l’icône « Paramètres » déroule les fonctions suivantes :

 

 

Inutile ici de rentrer dans les détails : on peut retenir en tout cas que les outils y sont au grand complet !

L’édition en ligne

Venons-en à l’éditeur, qui sera notre compagnon de route pour créer notre site page après page. Le principe retenu par SiteW est celui du « drag and drop », en français « glisser-déposer ». A gauche, les modules, à droite, le site :

Les modules porteurs d’un badge rose avec une étoile sont réservés aux formules payantes, car la formule testée ici est la formule « Découverte » gratuite.

Pour insérer un module, il suffit donc de le faire glisser puis le déposer à l’endroit voulu sur la page. On ne peut pas faire plus simple ! Il y a même des chances, en fonction du modèle choisi, que tous les modules soient déjà là, et qu’il n’y ait plus qu’à les personnaliser.

Pour personnaliser un module dans une page, il faut le sélectionner en cliquant dessus.

 

Le module s’entoure d’une bordure bleue, permettant de le déplacer, le redimensionner ou le faire pivoter. Il est également possible de le verrouiller, c’est-à-dire de s’assurer qu’il ne bougera plus quelles que soient les manipulations qui suivront. La poignée marquée d’une petite flèche vers le bas s’avère pratique et puissante : elle permet d’augmenter la hauteur du module tout en repoussant les éléments plus bas afin de conserver les espacements et d’éviter les chevauchements.

Dans le menu latéral à gauche de l’écran, l’onglet « Contenu » permet de gérer, comme son nom l’indique, le contenu du module, et l’onglet « Design » permet de régler son apparence. Ces réglages dépendent du module. Dans l’exemple ci-dessus, il s’agit d’un module « Texte », dont la personnalisation peut d’ailleurs être enregistrée en tant que style pour être appliquée à d’autres modules « Texte » ailleurs sur le site.

Voici comment se présente l’onglet « Contenu » pour un module « Image » :

C’est à la fois très riche et très simple. Il est fréquent, lors du clic sur un bouton jamais utilisé, qu’un mini-guide s’affiche dans une bulle, en décrivant le but et le mode d’emploi. Ces messages d’aide jalonnent toute la phase de création du site, et donnent la sensation qu’on n’est pas seul devant son écran, mais plutôt bien accompagné !

La possibilité de placer chaque module n’importe où sur la page offre une liberté inédite, et presque déconcertante pour ceux qui sont habitués à WordPress et sont sommés de caser l’information où le thème l’a décidé. Heureusement, pour éviter que cette liberté d’action ne vire à la pagaille, des règles horizontales et verticales sont disponibles. Elle permettent d’y déposer des repères et d’aligner correctement les modules entre eux.

Le menu

Le menu situé en haut de page offre la possibilité de visualiser la page, de l’enregistrer comme brouillon ou de la publier. On note également les boutons « Annuler » et « Rétablir » : ouf, on a droit à l’erreur ! Parmi les autres fonctions disponibles, on peut retenir :

Le gestionnaire d’images

Les sources d’images sont nombreuses : fichiers directement téléversés depuis l’ordinateur, fichiers disponibles sur un cloud privé auquel l’utilisateur a accès (Google Drive par exemple), ou bien fichiers disponibles sur des services de partage d’images libres de droit tels que Pixabay.

 

La version mobile

SiteW vient de sortir une nouvelle fonctionnalité, vraiment bluffante : la version mobile automatique. Jusqu’à présent, la version mobile devait être créée manuellement. Désormais, un clic suffit, et un algorithme se charge de replacer et de redimensionner tous les éléments. Tous les tests réalisés pour cet article ont produit un résultat impeccable. C’est vraiment le bouton qu’on adopte quand on l’a essayé !

L’aide en ligne

Comme écrit plus haut, l’effort didactique de SiteW est notable. D’abord par la recherche d’une interface intuitive, mais aussi par les messages d’aides qui ponctuent les actions sur l’éditeur. En cas de besoin, un clic sur la bouée de sauvetage ! On y trouve une FAQ bien fournie, mais aussi un bouton pour relancer la visite guidée initiale, et un bouton pour faire directement appel au service de support.

Les points positifs

Outil complet et facile d’utilisation

Absence de publicités même dans la formule gratuite

Version mobile automatique

Effort didactique et qualité du support

Connexions avec les services tiers comme Facebook, Google, etc…

Les points négatifs

Limites parfois frustrantes dans la formule gratuite

Possibilités de réglage presque trop nombreuses

Nombre restreint de templates, bien que joliment faits et personnalisables

Formulaire de contact uniquement disponible en formule payante

Synthèse

SiteW, un service 100% made in France qui n’a rien à envier aux géants américains. Même si les modules payants n’ont pas pu être testés ici, l’outil a montré sa solidité, sa facilité d’utilisation, et se révèle très complet.

Certes, on peut créer de très beaux sites avec la formule « Découverte », et même, leur associer un nom de domaine pour une somme dérisoire. En revanche, pour un site professionnel, la formule « Premium » semble quasiment incontournable – elle est cependant moins chère que l’offre équivalente chez Wix par exemple.

En conclusion : une excellente surprise, et cocorico !

Une question ? un avis ? une demande ? n'hésitez pas !