•  

Comment bien choisir le nom de domaine d’un site Internet ?

Comment bien choisir le nom de domaine site Internet

Au moment de construire un site Internet, s’il est bien un sujet sur lequel il est important de passer du temps et de bien réfléchir, c’est celui du nom de domaine (ou nom de domaine en abrégé). Précisons de suite qu’il est essentiel d’avoir son propre nom de domaine, surtout pour créer un site professionnel. De nombreuses questions vont se poser et nous allons en faire le tour et envisager les réponses à apporter.

Qu’est-ce que le nom de domaine ?

Le nom de domaine est unique (par extension) et appartient au premier qui en fait la demande. Il a pour but de remplacer par une chaîne de caractère compréhensible et plus facile à retenir, les adresses IP qui se présentent, elles, sous forme de chiffres. Il est intéressant de savoir que les Chinois préfèrent nommer leur site avec des chiffres puisqu’ils ont plus de facilités que les Occidentaux à retenir les chiffres. De plus, dans leur culture les chiffres ont une signification que tout le monde comprend et qu’ils font passer à travers leurs nom de domaine.

Le nom de domaine va donc être l’adresse de votre site, celle que va taper dans les barres de recherche, les visiteurs qui souhaiteraient rejoindre votre site. On voit donc l’importance qu’il y a de bien le choisir.

Les qualités d’un nom de domaine

Pour choisir son nom de domaine, il convient de garder en tête quelques éléments que nous allons énumérer :

Facile à mémoriser

En effet, vu que sa fonction première va être de faciliter la communication entre le créateur du site et les visiteurs potentiels, il est important que le nom de domaine soit facile à mémoriser. Ainsi, les personnes ne se tromperont-elles pas au moment de vous rechercher sur Internet ou de faire votre promotion.

Assez court

Pour les mêmes raisons, il ne faut pas qu’il soit trop long, mais nous reviendrons sur le sujet.

Facile à prononcer

Il faut penser à toutes les fois où vous aurez à énoncer votre nom de domaine de façon orale, en direct, à la radio, au téléphone, etc. De plus, s’il n’est pas facile à prononcer, il n’est certainement pas facile à mémoriser.

Avoir un sens

Cette question est importante, car elle peut influencer le référencement, mais en plus jouer sur la qualité du nom de domaine. Si vous appelez votre site : « les-petites-étoiles » alors que vous avez un site qui vend des casques de moto, le lien va être difficile à faire pour les gens et ils auront du mal à retrouver votre site. Si vraiment une histoire forte, qui marque les esprits, se rapporte à ce nom de domaine, vous pouvez tenter de l’utiliser, mais il va falloir alors communiquer sur cette histoire et ce n’est pas évident et peut-être du temps perdu.

Dans le cas des casques vous pouvez essayer de raconter à tout le monde que si on ne met pas de casque, on voit des petites étoiles en cas de choc, mais il n’est pas sûr que beaucoup de personnes se souviennent de cette histoire qui pourtant a un sens pour vous.

Donc parfois, il convient de mettre de côté son sens de l’humour, du calembour ou les anecdotes de sa vie personnelle. Dans le même esprit, il faut faire attention avec les mots qui ont de nombreux homophones comme vers/verre/vair/vert, etc., et avec les chiffres qui remplacent un mot, car ils peuvent être interprétés de nombreuses manières par l’internaute.

Par exemple, le 2 va être lu deux, de, to (vers en anglais) ou two (deux en anglais). Vous trouvez cela amusant, malin, mais cela ne facilite peut-être pas la communication sur votre site. Il vaut donc mieux un nom de domaine qui a un sens général compris de la majorité. On peut nuancer dans le cas de certains sites personnels ou créatifs dont le nom original va apporter un plus.

Règles de nommage

En dehors du fait qu’il faut qu’un nom de domaine soit libre, il doit obéir à certaines règles, dont la connaissance vous aidera à choisir. Avant de voir comment créer son nom de domaine, voyons ce que l’on peut faire et ce qu’il ne faut pas faire.

Règles de syntaxe

– Le nombre de caractères contenus dans un nom de domaine doit être compris entre 3 et 63 en général. Cela vous sera précisé quand vous achèterez le vôtre. Certaines extensions permettent un minimum de 2 (.com, .net ou .org, par exemple). Ce nombre de caractères s’entend tirets compris s’il y en a et sans l’extension.

– Vous ne pouvez utiliser que des lettres de A à Z, des chiffres de 0 à 9 et le tiret (trait d’union), mais celui-ci, exclusivement à l’intérieur du nom (pas au début ou à la fin du nom de domaine).

– Il est interdit d’utiliser des lettres accentuées, des caractères spéciaux, des signes de ponctuation (on ne compte pas celui avant l’extension) et les espaces.

– Vous pouvez mettre des majuscules ou des minuscules, cela ne change rien et il se retrouvera toujours écrit en minuscule.

– Le nom de domaine ne doit pas commencer par xn, en effet cette combinaison de lettres est utilisée pour les noms de domaines internationalisés. Ceux-ci sont des nom de domaine qui acceptent des caractères accentués et les caractères d’autres alphabets que le latin. Le problème est qu’ils ne sont pas acceptés tels quels dans le système DNS alors il faut les « traduire » en chaîne de caractères non accentués nommée ACE et, du coup, pour les différencier des nom de domaine, on rajoute un x– devant la chaîne de caractère.

Règles de respect des droits des marques

Si vous êtes jeune entrepreneur, faites attention avant de choisir votre marque, de vérifier que cette marque est disponible à L’INPI et disponible en nom de domaine. Parce que si vous déposez cette marque, mais que le nom de domaine n’est pas disponible, c’est dommage, et si vous avez acheté le nom de domaine, mais que la marque existe déjà, sachez que la marque gagnera son procès et pourra vous empêcher de l’utiliser en nom de domaine.

C’est l’antériorité qui joue et, même si la marque n’a pas de site Internet, elle pourra vous poser problème. Si vous avez acheté un nom de domaine, mais que vous ne l’utilisez pas, si quelqu’un s’empare de ce nom, le dépose et s’en sert comme marque, il aura le Droit pour lui, car l’antériorité ne joue en faveur des nom de domaine qu’à la condition que celui-ci soit utilisé de manière active dans un site Web.

Règles diverses

Le nom de domaine ne doit pas contenir certains mots qui ont des connotations agressives, violentes, etc. La liste est à consulter sur le site de l’afnic, ici.

Les questions à se poser

Avec ou sans tirets

Une des grandes interrogations est de se demander s’il faut mettre des tirets (traits d’union) pour séparer les mots ou non. Doit-on préférer écrire : predictionspourhier ou predictions-pour-hier ? Il y a des avantages et des inconvénients :

Avantages : Si l’on reprend nos points sur lesquels faire attention, on peut voir que du point de vue de la lisibilité, les tirets facilitent beaucoup la lecture. Chaque mot est séparé et se lit rapidement. Pour le référencement, cela peut paraître meilleur aussi puisque chaque mot est un tout que Google peut lire facilement (mais tout le monde n’est pas d’accord sur ce point à l’heure où l’informatique est capable de reconnaitre facilement des mots accolés).

Inconvénients : Un des inconvénients à ne pas mettre de tirets est donc que Google ne reconnaîtrait pas les mots clés, ce qui est néfaste du point de vue du référencement. D’autre part, quand à l’oral vous allez énoncer votre nom de domaine, vous allez devoir préciser de quel tiret il s’agit, car même si beaucoup savent qu’il ne peut s’agir que du trait d’union, tout le monde ne le sait pas. Donc, vous allez spécifier : tiret du 6, or un problème survient : pour les possesseurs de Mac le tiret adéquat ne se situe pas sur le 6 ! Sachant qu’il faut penser à tout le monde, cela peut devenir lourd à l’usage, alors qu’on peut se contenter de dire : « nomdedomaine tout attaché ». De plus, si vous avez choisi avec tirets, les personnes qui vous chercheront risquent d’écrire sans tirets pour aller plus vite et pourront ne jamais vous trouver et même aller visiter le site d’un concurrent s’il a acheté le même nom de domaine sans tirets.

Un essai de réponse peu peut-être venir du fait que l’on conseille souvent d’acheter le nom de domaine avec et sans tirets (et faire une redirection de l’un vers celui qu’on utilise), comme cela on cumule les bienfaits des deux cas et on peut s’épargner d’énoncer les tirets à l’oral. De ces éléments, on peut déduire que du point de vue de la communication le « sans tirets » est mieux et que prendre les deux est encore mieux. Pour le référencement, la discussion court toujours.

Long ou court

Un nom de domaine long n’est pas rédhibitoire, s’il est facilement communicable à l’oral et qu’il s’écrit simplement. Il ne faut pas faire un roman de toute façon et garder à l’esprit la règle des principes de base : il faut que ça ait un sens. Plus c’est long, plus c’est difficile à retenir, plus il y a de chances de faire des erreurs de frappe, d’orthographe, etc.

Les noms de domaines courts sont les plus prisés, et d’ailleurs quand on regarde la liste des sites les plus fréquentés en France, on peut voir que les noms de domaines ne dépassent pas les 15 caractères sur les deux premières pages (et les 50 premiers sites) et ceci est encore plus flagrant quand on prend la liste des sites dans le monde puisqu’il faut approcher de la 100e place pour voir un nom de domaine long. Cela prouve peut-être que la longueur du nom de domaine joue un rôle.

Les accents et les apostrophes

Comme on l’a vu dans les règles de nommage, il ne faut pas d’accents ni autres signes. Il en découle que si votre marque, votre nom ou votre nom de domaine rêvé comporte un ç ou un accent, vous devrez vous résoudre à l’écrire autrement.

Par exemple, si votre site parle de poinçons, il faudra l’écrire « poincons » dans le nom de domaine, ce qui avouons-le n’est peut-être pas évident dans ce cas. Si votre nom est « télésiège », cela deviendra « telesiege », ce qui n’est pas catastrophique.

Réfléchissez-y sérieusement, car selon les cas, c’est ennuyeux ou non. Le cas des apostrophes est intéressant aussi. Vous souhaitez un site sur les rêves d’enfants. Vous avez plusieurs possibilités : revesdenfants, reves-d-enfants, reves-denfants (il y a aussi les possibilités au singulier, selon vos idées).

Sachez que Google ne s’occupe pas des mots vides (Stopwords en anglais) (dont le « d’ » fait partie, voir la liste ici) en ce qui concerne le référencement, donc la question se pose surtout du point de vue esthétique, utilisation d’un bon français, communication, etc.

Les majuscules et les minuscules

Dans le nom de domaine, la différenciation majuscule-minuscule n’est absolument pas prise en compte. De ceci découle l’idée que vous pouvez choisir un nom de domaine aux mots accolés et quand vous communiquez autrement qu’à l’oral, écrire les premières lettres des mots en majuscule. Cela facilite la lecture, et même si les potentiels visiteurs tapent la majuscule, cela n’aura aucune incidence et c’est bien votre site qui sera trouvé.

Par exemple, si votre nom de domaine est jaimelesgateauxauchocolat il sera plus facile à lire comme cela : JaimeLesGateauxAuChocolat.

Avec mots-clés ou non ?

Un sujet important qui a fait couler beaucoup d’encre sur Internet : le nom de domaine doit-il contenir de nombreux mots-clés et au moins un ?

Comme toujours, la réponse n’est pas flagrante. Beaucoup ont choisi leur nom de domaine en accolant des mots-clés les uns aux autres afin d’être bien référencés dans Google. Cela a fonctionné quelques années, mais depuis 2012 Google a mis en place un filtre EMD (Exact Match Domain) qui pénalise les noms de domaines contenant trop de mots-clés. Si le référencement est important pour vous, faites attention à n’en mettre qu’un ou deux qui correspondent bien à votre activité et jouez sur d’autres domaines de votre site pour obtenir un bon référencement.

L’extension dans le nom de domaine

Voilà, vous avez réussi à choisir votre première partie de nom de domaine. Vous pensiez avoir terminé le brainstorming ? Non, il reste à choisir l’extension, le suffixe ou TLD (Top Level Domain en anglais) qui se place après le nom de domaine sous cette forme : nom de domaine.extension. Il en existe énormément dont la liste (non exhaustive) se trouve sur ce site : Icann et il en naît régulièrement.

Le choix va dépendre de votre activité et du public visé. Il apparaît que ce choix ne va pas avoir d’incidence directe sur le référencement du site, mais jouera sur la fréquentation par le public visé de votre site et sur sa valorisation générale. L’extension la plus connue et la plus utilisée est le .com. On peut voir sur cette page le classement des extensions par enregistrement sur une période donnée.

Toutefois, il convient de rester logique. Si votre public est international, n’hésitez pas, prenez le .com, si votre public est essentiellement basé sur un pays, prenez l’extension de ce pays : .fr pour la France, .de pour l’Allemagne, .cn pour la Chine, etc.

Si votre but est de réaliser un site Internet pour une association caritative, prenez le .org. Il est en général recommandé de prendre l’extension du pays du public visé et le .com que vous redirigerez vers votre site en .fr par exemple. Cela vous permettra de toucher plus de monde et de préparer l’avenir si jamais votre entreprise ou société devait déborder à l’internationale. Si votre but est de créer un site personnel de portée assez confidentielle, vous pouvez vous faire plaisir avec une des extensions plus originales à disposition.

Comme toujours, par rapport à la liste des qualités d’un nom de domaine, le choix de l’extension doit avoir une valeur de sens.

Nom de domaine et référencement

On a abordé le sujet au cours de cet exposé, mais revenons sur certains points.

D’après Olivier Andrieu, spécialiste du référencement et auteur de « réussir son référencement Web » aux éditions Eyrolles, le nom de domaine n’est qu’une partie de l’optimisation d’un site en vue de son référencement, toutefois il s’agit d’en faire un atout qui a son rôle à jouer (de moins en moins important au fil des années, d’après lui).

Tout le monde est d’accord sur le fait qu’il est nécessaire d’avoir son propre nom de domaine pour espérer un bon référencement.

En pratique

Vous devez choisir votre bureau d’enregistrement ou registrar en anglais, c’est-à-dire le gestionnaire de réservation de nom de domaine. Vous avez la possibilité d’acheter celui-ci en même temps que votre hébergeur, comme chez 1and1, par exemple, ou, et c’est souvent conseillé, vous allez choisir votre nom de domaine ailleurs que votre hébergeur, histoire de séparer les problèmes s’il doit y en avoir.

Quand vous allez écrire votre nom de domaine dans le champ de recherche, vous saurez tout de suite s’il est libre et sous quelles extensions. Il ne vous restera qu’à choisir et payer.

Vous pouvez vérifier si le nom de domaine envisagé est libre sur cette page de l’afnic qui gère quelques extensions ou sur la page de votre registrar.

Par exemple, chez 1and1, dès la page d’accueil vous trouverez le champ vous permettant de tester la disponibilité de votre nom de domaine.


reserver un nom de domaine 1and1


– On n’achète pas un nom de domaine à vie. C’est plutôt une location pour un temps déterminé qui va de 6 mois à 10 ans selon les propositions. Vous serez prévenu quand le temps de renouveler sera venu.

– On reste titulaire du nom de domaine la durée pour laquelle on a payé. Au bout de cette période, si le contrat n’est pas renouvelé, le nom de domaine retombe dans le domaine public et redevient accessible à tout le monde.

Les prix vont varier selon l’extension et le registrar, et au gré de promotions tout au long de l’année. C’est en général assez peu cher et cela vaut vraiment la peine de faire cet effort financier pour s’assurer une belle adresse pour son site.

Vous pouvez obtenir un nom de domaine gratuitement si vous passez par une plateforme de création de sites gratuite. Le souci est que votre nom de domaine ne sera pas complètement personnalisé. Si la plateforme est nommée plateforme, votre nom de domaine ressemblera à ça : monnom de domaine.plateforme.com. Cela donne un aspect beaucoup moins professionnel au site.

Une question ? un avis ? une demande ? n'hésitez pas !